ASCENSION IN NOISE / 2016

 


Ascension in Noise est une performance immersive issue d’une installation sonore totalement originale conçue par Kasper T. Toeplitz (un orchestre de 120 oscillateurs), pouvant s’adapter aux différents lieux investis, et selon les contextes être interprétée par les deux danseuses de la création, ou par un grand groupe de danseurs locaux.
Ascension in Noise pose la question : avec quoi travaillons-nous quand nous travaillons le son ? 120 oscillateurs jouent chacun une onde pure, tellement pure que sans doute elle n’existe pas dans le monde réel (une onde sinusoïdale), et ne peut être produite que par des moyens électroniques. Démarrant à 18 hertz (fréquence si basse que l’oreille humaine ne peut la percevoir), et ascendant durant le temps de la performance jusqu’à 20 000 hertz (fréquence si haute que l’oreille humaine ne peut plus l’entendre), chacun des 120 oscillateurs sélectionne, par des choix aléatoires mais contraints, son chemin pour traverser cet espace, décidant à chaque moment de la prochaine hauteur et du temps qu’il lui faudra pour l’atteindre. Les probabilités proposées par le dispositif d’Ascension in Noise impliquent que même si la majorité des oscillateurs montent, certains d’entre eux peuvent ne pas bouger, et d’autres descendre. Ensemble, ces 120 interactions sonores créent des nuages de sons soumis à des variations d’ambitus, de densités et textures : un bruit évoluant sans cesse, qui se construit et se module selon ses lois propres, l’instabilité physique de la pièce et les mouvements des oscillateurs - produisant des mirages sonores. Les 120 sons devant traverser notre ambitus auditif, l’ascension de cette masse sonore peut prendre de deux à cinq heures : tout dépend du chemin que choisit d’emprunter chaque son. L’extrême lenteur des mouvements des danseuses est en résonance avec la lente ascension de l’ensemble du son, les corps prenant le même temps pour passer de la position allongée à la posture debout.
Le public est invité à déambuler, sortir et revenir tout au long du spectacle.



Conception & dispositif sonore
Kasper T. Toeplitz

Chorégraphie
Myriam Gourfink

Danse
Myriam Gourfink & Deborah Lary / ou, pour les re-créations après travail d’atelier, un nombre variable de danseurs

Régie générale
Zakariyya Cammoun

Durée
Variable, de 2h à 5h

Création
Le 5 septembre 2016 au BIFEM de Bendigo, Australie, avec Kasper T. Toeplitz & Myriam Gourfink (5 heures)

Re-créations
Les 25, 26 & 27 mai 2018, au Kunstfestspiele Herrenhausen de Hanovre, Allemagne, avec Kasper T. Toeplitz, Myriam Gourfink & Deborah Lary (4 heures)
Les 16 & 17 novembre 2019 pour l’inauguration du Centre Pompidou x West Bund Museum Project, Shanghai, Chine, avec Kasper T. Toeplitz, Myriam Gourfink, Deborah Lary & 15 danseurs chinois (2 heures)

Production : LOLDANSE  et SLEAZE ART
L’association Loldanse est soutenue par la DRAC Île-de-France – Ministère de la culture au titre de l’aide aux compagnies conventionnées

Photo de la vignette
Ascension in Noise à Shanghai, novembre 2019 ©Véronique Weil

Ascension in Noise is an immersive performance from a totally original sound installation designed by Kasper T. Toeplitz (an orchestra of 120 oscillators), which can be adapted to the different places invested, and according to the contexts, interpreted by the two dancers of the creation, or by a large group of local dancers.
Ascension in Noise addresses the question: what do we work with when we work with sound? 120 oscillators, each of them are playing a waveform so pure it does not exist in the "real" world and can only be produced by electronic means. Starting at 18 hertz (so low that the human ear cannot perceive it) and ascending up to 20 000 hertz (so high that the human ear cannot perceive it), each of the 120 oscillators "chooses" its own way to cross this range, deciding at each moment what the next pitch will be and how long it will take to reach it. The random probabilities within Ascension in Noise mean that some oscillators go up, some may not move at all, and some go down. Together those 120 sonic interactions create clouds of noise of varying ranges, densities and textures: an ever-evolving noise that builds and modulates according to its own vibrations, the physical instability of the room and the movement of the oscillators - producing sound mirages. As the 120 sounds take to cross our hearing range, the ascension of that sonic mass should take from two to five hours: it depends on the paths chosen by the individual sounds. The extremely slow movements of the dancers are in resonance with the slow ascension of the global sound, the bodies takes as long to change position from lying on the floor to standing up.
The audience is invited to walk around, get out and come back throughout the performance.



Conception & sound design
Kasper T. Toeplitz

Choreography
Myriam Gourfink

Dance
Myriam Gourfink & Deborah Lary / or, for the reworks after workshops, a variable number of dancers

General stage management
Zakariyya Cammoun

Duration
Variable, from 2 to 5 hours

Premiere
5th of September 2016, BIFEM in Bendigo, Australia, with Kasper T. Toeplitz & Myriam Gourfink (5 hours)

Showcasing
25th, 26th & 27th of May 2018, Kunstfestspiele Herrenhausen in Hanover, Germany, with Kasper T. Toeplitz, Myriam Gourfink & Deborah Lary (4 hours)
16th & 17th of November 2019, for the opening of the West Bund, Centre Pompidou in Shanghai, China, with Kasper T. Toeplitz, Myriam Gourfink, Deborah Lary & 15 Chinese dancers (2 hours)

Production
SLEAZE ART & LOLDANSE, with the support of the Ministry of Culture and Communication, and the DRAC Île-de-France for the support of the companies covered by the agreement.

Thumbnail image
Ascension in Noise in Shanghai, November 2019 ©Véronique Weil