ATELIERS / MYRIAM GOURFINK ET KASPER T.TOEPLITZ

 

A – Atelier avec Myriam Gourfink – Chorégraphe

L’atelier de Myriam est composé de deux parties : une pratique du yoga de l’énergie suivie d’un temps dédié à la composition chorégraphique.

LE YOGA
La pratique du yoga a pour enjeu principal d’amener chaque stagiaire, par un travail de respiration – mouvement premier du corps –, à prendre conscience de son intériorité et à la déployer, afin d’en faire un appui, une ressource. Tout au long de l’atelier, guidés par les indications orales de Myriam, les participants sont amenés à affiner leur conscience du souffle et du corps, en combinant techniques respiratoires, sensations physiques et visualisations, mouvements biomécaniques et imaginaires. La contraction de la zone sexuelle est l’un des fondamentaux de cette pratique ; elle permet l’ancrage physique et mental nécessaire au travail. Tout au long de la séance, ces diverses sollicitations s’alimentent mutuellement.
Les participants se connectent à leur respiration, cherchant à sentir les quatre temps qui la constituent : inspiration, temps plein, expiration, temps vide. Peu à peu, chacun de ces moments se rallonge, le souffle s’étire, le corps s’enracine. Myriam propose une série de mouvements et de postures à synchroniser avec la respiration. Leur durée n’est jamais imposée ; elle se définit naturellement par le rythme interne propre à chaque personne.
En même temps que le corps, la respiration et l’imaginaire travaillent ensemble, une attention est portée aux indriyas, c’est-à-dire aux sens subtils : le toucher, le goût, l’ouïe, l’odorat, la vue. La sensorialité de chacun est stimulée au point de devenir parfois le principal moteur du mouvement.
La pratique de yoga s’appuyant sur le travail de l’après-midi, son contenu technique varie en fonction de la pièce sur laquelle on travaille, qui a elle-même ses spécificités propres (disposition spatiale, technique respiratoire, qualité de mouvement, contexte imaginaire...).

LA COMPOSITION CHORÉGRAPHIQUE
Pour la deuxième partie de l’atelier, Myriam propose aux participants d’expérimenter la composition chorégraphique à partir de la partition de l’une de ses pièces chorégraphiques.
Dans un premier temps, elle partage oralement avec eux son processus de création. Si le contexte le permet, elle va plus loin en leur montrant les partitions chorégraphiques suivies par les interprètes. Ainsi, la chorégraphe leur donne accès au système d’écriture chorégraphique qu’elle a développé tout au long de son parcours et qui continue d’évoluer. Largement inspiré de la notation Laban (système de notation du mouvement datant du début du XXème siècle), celui-ci met en jeu des symboles ; un système de signes et de couleurs d’une grande précision, lui permettant de prévoir et d’ordonner les facteurs suivants : l’espace, le temps, le poids et l’énergie.
Puis, elle invite les participants à interpréter une partie choisie de la partition ; une expérimentation personnelle dans laquelle ils réinjectent ce qu’ils ont intégré pendant la pratique de yoga.
Pour finir, grâce aux différents outils donnés tout au long de l’atelier, Myriam propose un temps de composition personnelle au cours duquel chacun écrit sa propre danse en temps réel.

B – Séance d’écoute avec Kasper T. Toeplitz – compositeur interprète

Cette “séance d’écoute” propose un panorama de la musique “récente”, c’est-à-dire du dernier demi-siècle ou un peu plus, et cherche à faire entendre comment les notions habituellement associées à la musique se sont effacées au profit de l’idée de masse (ou des masses), de vitesses et de densités. Comment en quelque sorte on est passé de la gestion de points précis à celle de la texture et comment dans le même temps la division habituelle de la musique en “savante” et “populaire” commence à s’effriter - puisqu’on va essayer de montrer les points de convergence et de continuité entre des compositeurs comme Ligeti, Penderecki, Scelsi ou Stockhausen et des artistes sonores comme Merzbow, Karkowski, Menche ou Vomir. Ces changements ou avancées amènent évidemment à changer le regard que musique et danse peuvent porter l’un sur l’autre et par là changer leurs rapports éventuels.

A – Workshop with Myriam Gourfink - Choreographer

Myriam's workshop is composed of two periods: firstly, an energy-based yoga period, followed by a period dedicated to choreographic composition.

YOGA
The main challenge of yoga practice is to help each workshop participant, by a focus on breathing (i.e., the first movement of the body) to become aware of their interiority, and to deploy this interiority as a resource, a fulcrum for the leverage of oneself.
Throughout the workshop, guided by Myriam's oral indications, the participants are led to refine their awareness of their breathing and their body, combining breathing techniques, physical sensations and visualizations, biomechanical and imaginary movements. The contraction of the sexual zone is one of the fundamentals of this practice; it allows the physical and mental anchoring necessary for the work.
During this period of the workshop, these various self-inducted stresses feed, and feed on, each other.
The participants connect to their breathing, seeking to feel the four beats that constitute the breathing: inhale, hold, exhale, wait. Gradually, each of these moments get longer, as the breath stretches and the body takes root.
Myriam explores a series of movements and postures to synchronize with breathing. The duration of these corporeal events is never imposed; rather, they flow from the internal rhythm of each participant.
At the same time that the body, the breathing and the imagination work together, a particular focus is put on the indriyas, that is to say to the subtle senses: touch, taste, hearing, smell and sight. Each sense is stimulated to the point of sometimes becoming the main driver of the movement.
Since the yoga period takes place in the afternoon, its technical content varies according to the artistic piece under exploration, bearing in mind that each piece naturally has its own specificities (spacing, breathing technique, quality of movement, imaginary context ...).

CHOREOGRAPHIC COMPOSITION
For the second period of the workshop, Myriam invites participants to experiment with a choreographic composition, taken from the score of one of her choreographic pieces.
At first, she gives an oral description of the creative process. Context permitting, she then shows them the choreographic scores performed by the dancers. In doing so, Myriam gives workshop participants access and insight into the choreographic writing system she has developed throughout her career and which continues to evolve. Largely inspired by Labanotation (a notation system for recording and analyzing human movement developed in the early 20th century), this involves a significant use of symbols: a highly precise system of signs and colors, used to predict and order some vital factors, namely, space, time, weight and energy.
Myriam then invites workshop participants to interpret a chosen part of the score; a personal experiment into which they inject the insight they gained during the yoga part.
Finally, thanks to the various tools acquired throughout the workshop, there is a personal composition part, where each participant creates their own dance in real time.

B – Listening Session with Kasper T. Toeplitz – composer performer

This "listening session" offers a panorama of "recent" music, spanning the past 50 years or a little more, and seeks to help workshop participants realize how notions usually associated with music have yielded ground to the idea of mass (or masses), speeds and densities. This session shows how we have, in a way, gone from the management of precise points to that of texture, while the usual categorization of music into “erudite” and “popular” begins to blur. This is done by exploring and highlighting elements of convergence and continuity between composers like Ligeti, Penderecki, Scelsi or Stockhausen and sound artists like Merzbow, Karkowski, Menche or Vomir. These changes or advances obviously lead to a change in the way music and dance can relate to one another and thereby change their potential relationships.