LOLDANSE

L’association LOLDANSE a été créée en 1998 pour accompagner le développement de l’activité artistique de Myriam Gourfink. Au cœur de la pratique de la chorégraphe, dès ses débuts et jusqu’à aujourd’hui : la pratique assidue du yoga, un approfondissement du système de notation Laban, et une fusion toujours davantage approfondie entre techniques somatiques et dispositifs de haute technologie.

À ce jour, l’association a permis la création de 46 pièces chorégraphiques. Parmi les spectacles emblématiques, citons Marine (solo créé pour Cindy Van Acker et dansé en alternance par Myriam Gourfink, 49 dates entre 2001 et 2014), Corbeau (solo écrit pour Gwenaëlle Vauthier, du Ballet de l’Opéra national de Paris, 36 représentations entre 2007 et 2013), Les Temps tiraillés (créée en 2009 au Centre Pompidou, 1e pièce de la chorégraphe pour grand effectif, sur une composition musicale de Georg Friedrich Haas, avec la participation active de l’IRCAM), Aranéïde (avec la danseuse aérienne Clémence Coconnier, 2013), Ascension in Noise (performance immersive sur un dispositif technologique conçu par Kasper Toeplitz, créée en 2016 en Australie, reprise en 2018 en Allemagne, puis en 2019 à l’occasion de l’inauguration du Centre Pompidou au West Bund de Shanghai en Chine), et Glissement d’infini (créée en avril 2019 au Centre Pompidou de Paris, puis déclinée en novembre pour le Festival d’automne).

Les collaborations de LOLDANSE sont tout à la fois nombreuses, et pour certaines délibérément ancrées dans un temps long, propice à l’approfondissement d’un art qui n’a jamais caché son exigence (son honnêteté ?). Ainsi Kasper Toeplitz, qui comme Myriam Gourfink travaille sur la notion de temps lisse et de concentration extrême (du son versus du geste), est le compositeur attitré de la compagnie depuis toujours. Cette fidélité s’étend aux interprètes : Carole Garriga danse pour Myriam Gourfink depuis 2000, Deborah Lary et Véronique Weil depuis 2005. Et nombre de partenaires appuient régulièrement et de longue date le travail de la chorégraphe : citons pour l’Ile-de-France le CND, le Centre Pompidou, le Festival Faits d’hiver, les Rencontres Chorégraphiques Internationales de Seine-Saint-Denis ou le T2G.

Pour autant, LOLDANSE n’a jamais cessé de multiplier les domaines d’exploration. Du côté des nouvelles technologies, avec l’IRCAM, le Fresnoy/Studio national des arts contemporains, le GRAME/Centre National de Création Musicale de Lyon, ou le Centre Henri Pousseur de Liège. Vers d’autres arts aussi : les arts plastiques se sont toujours montrés particulièrement sensibles à l’univers de Myriam Gourfink, au travers des invitations de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris, des Musées d’Orsay ou de l’Orangerie, du MUAC de Mexico ou du Louvre d’Abu Dhabi ; la littérature peut également être invoquée, comme pour Insensiblement, créée en 2014 avec le poète Eric Suchère.

Si LOLDANSE reste particulièrement active en Ile-de-France, son rayonnement sur le territoire national ne cesse de s’amplifier (ces prochaines années, la compagnie sera en résidence longue au Théâtre du Beauvaisis, et sera présente entre autres au Gymnase de Roubaix, au Dancing de Dijon, ou encore à la Biennale des Musiques Exploratrices de Lyon). Enfin, l’ouverture de la compagnie à l’international est maintenant patente : en Europe bien sûr, mais aussi aux Etats-Unis, au Canada, en Australie, au Japon, et tout récemment en Chine, où LOLDANSE a été invitée durant presque un mois pour l’inauguration de l’antenne du Centre Pompidou à Shanghai, y présentant pas moins de quatre pièces dont une création.

L’association LOLDANSE a été créée en 1998 pour accompagner le développement de l’activité artistique de Myriam Gourfink. Au cœur de la pratique de la chorégraphe, dès ses débuts et jusqu’à aujourd’hui : la pratique assidue du yoga, un approfondissement du système de notation Laban, et une fusion toujours davantage approfondie entre techniques somatiques et dispositifs de haute technologie.

À ce jour, l’association a permis la création de 46 pièces chorégraphiques. Parmi les spectacles emblématiques, citons Marine (solo créé pour Cindy Van Acker et dansé en alternance par Myriam Gourfink, 49 dates entre 2001 et 2014), Corbeau (solo écrit pour Gwenaëlle Vauthier, du Ballet de l’Opéra national de Paris, 36 représentations entre 2007 et 2013), Les Temps tiraillés (créée en 2009 au Centre Pompidou, 1e pièce de la chorégraphe pour grand effectif, sur une composition musicale de Georg Friedrich Haas, avec la participation active de l’IRCAM), Aranéïde (avec la danseuse aérienne Clémence Coconnier, 2013), Ascension in Noise (performance immersive sur un dispositif technologique conçu par Kasper Toeplitz, créée en 2016 en Australie, reprise en 2018 en Allemagne, puis en 2019 à l’occasion de l’inauguration du Centre Pompidou au West Bund de Shanghai en Chine), et Glissement d’infini (créée en avril 2019 au Centre Pompidou de Paris, puis déclinée en novembre pour le Festival d’automne).

Les collaborations de LOLDANSE sont tout à la fois nombreuses, et pour certaines délibérément ancrées dans un temps long, propice à l’approfondissement d’un art qui n’a jamais caché son exigence (son honnêteté ?). Ainsi Kasper Toeplitz, qui comme Myriam Gourfink travaille sur la notion de temps lisse et de concentration extrême (du son versus du geste), est le compositeur attitré de la compagnie depuis toujours. Cette fidélité s’étend aux interprètes : Carole Garriga danse pour Myriam Gourfink depuis 2000, Deborah Lary et Véronique Weil depuis 2005. Et nombre de partenaires appuient régulièrement et de longue date le travail de la chorégraphe : citons pour l’Ile-de-France le CND, le Centre Pompidou, le Festival Faits d’hiver, les Rencontres Chorégraphiques Internationales de Seine-Saint-Denis ou le T2G.

Pour autant, LOLDANSE n’a jamais cessé de multiplier les domaines d’exploration. Du côté des nouvelles technologies, avec l’IRCAM, le Fresnoy/Studio national des arts contemporains, le GRAME/Centre National de Création Musicale de Lyon, ou le Centre Henri Pousseur de Liège. Vers d’autres arts aussi : les arts plastiques se sont toujours montrés particulièrement sensibles à l’univers de Myriam Gourfink, au travers des invitations de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris, des Musées d’Orsay ou de l’Orangerie, du MUAC de Mexico ou du Louvre d’Abu Dhabi ; la littérature peut également être invoquée, comme pour Insensiblement, créée en 2014 avec le poète Eric Suchère.

Si LOLDANSE reste particulièrement active en Ile-de-France, son rayonnement sur le territoire national ne cesse de s’amplifier (ces prochaines années, la compagnie sera en résidence longue au Théâtre du Beauvaisis, et sera présente entre autres au Gymnase de Roubaix, au Dancing de Dijon, ou encore à la Biennale des Musiques Exploratrices de Lyon). Enfin, l’ouverture de la compagnie à l’international est maintenant patente : en Europe bien sûr, mais aussi aux Etats-Unis, au Canada, en Australie, au Japon, et tout récemment en Chine, où LOLDANSE a été invitée durant presque un mois pour l’inauguration de l’antenne du Centre Pompidou à Shanghai, y présentant pas moins de quatre pièces dont une création.